" Vous êtes une sale race, on va vous tuer aussi " - SOS FRANCOPHOBIE

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

" Vous êtes une sale race, on va vous tuer aussi "

Actualités > Hommages à nos forces de l'ordre...

" Vous êtes une sale race,
on va vous tuer aussi "


La machine à désinformation n’est pas encore en marche. TF1 News a publié les mots qu’il ne faut pas écrire. Sur le site TF1 news, on peut lire les mots «agence», à coté du titre, et entre parenthèses. L'article vient de l’agence régionale de TF1 News. Les journalistes régionaux, pas tous mais beaucoup, sont fatigués de se voir dicter leur ligne éditoriale par Paris, de recevoir les articles prêts à consommer de Paris, et de subir le prélavage à quarante degrés des informations, pour ne garder que les chiens écrasés.

On ne lit pas ces mots dans les grands médias. Leur censure lave plus blanc que blanc. Pour les faits, d’habitude, c’est direction internet, direction
drzz.info,et quelques blogs. Et encore, pas tous une nouvelle race de sites internet d’opinion est née, en partie financée par les médias, pour faire diversion, et déverser leur propre dose politiquement correct à la sauce internet. Rue 89, Mediapart, Bakchich ou Electron Libre sont les premiers, il y en aura d’autres car la bête immonde ne renoncera pas facilement à son pouvoir de nuisance. Ne manquez pas de passer ces nouveaux médias au détecteur de mensonge. Les récentes révélations de Mediapart dans le dossier Sarkozy pourraient bien n’être que de la poudre aux yeux.

Revenons au quartier d'où nous viennent ces mots doux : «Vous êtes une sale race, on va vous tuer aussi», le quartier Villeneuve de Grenoble. Un policier blessé, les pompiers agressés, des dizaines de voitures brûlées, un garage, une salle de musculation, le centre de contrôle techniques ont été réduits en cendres, l’attaque du Tramway et ses passagers presque lynchés, les bandes armées de barres de fer, de battes de baseball mais aussi d’armes à feu (selon Brigitte Julien, directrice de la sécurité publique de l’Isère), tout cela se retrouvera en boucle dans les grands médias.

Peut être pas cela :

Dans la nuit de jeudi à vendredi, à Grenoble, deux musulmans du quartier de Villeneuve braquent le casino d’Uriage-les-bains et s’enfuient. Butin, 20 à 40.000 euros, (le chiffre exact n’est pas encore public). L’un des deux voyous s’appelle Karim Boudada,et il a 24 ans (depuis, soit suite à une erreur, soit parce que les médias ont fait leurs comptes et ont modifié son âge, il a maintenant 27 ans).
C’est un triple récidiviste, trois fois condamné aux assises pour vol à main armée. Il aurait donc écopé de deux ans de prison à chaque fois, ce qui soulève deux questions : la première, quelle est la valeur dissuasive d’une peine de deux ans de prison pour vol avec une arme, c'est-à-dire avec l’intention de tuer en cas de besoin, et la seconde, que fait un malfrat, triple récidiviste en si peu de temps, en liberté ?

France info, tôt ce matin, révélait que les deux braqueurs étaient armés d’un fusil d’assaut et d’un pistolet mitrailleur. Ils vivent dans ce que nos politiques appellent «un quartier de non droit», le quartier de la Villeneuve, au Sud de Grenoble, qui avait déjà été mis à sac, et brûlé, il y a un an. Combien d’armes sont entreposées dans ce quartier de non droit ? Que s’y passe t-il ? Les citoyens de Grenoble sont ils en sécurité ? Est-ce que la République doit payer le prix fort pour le découvrir ? Qu’en est-il des autres quartiers de «non-droit» de la France ? Combien y en a-t-il ? Est ce qu’il s’y prépare choses que les français devraient savoir ?

Quartier de non droit peut être, mais pas de langue de bois. Tous les commentaires reproduits ici étaient ce matin sur le site TF1 News (avec agence)

«Vous avez tué un des nôtres» (un des nôtres ? la cité est peuplée de malfrats ?) De toutes les manières, vous êtes une sale race, on va vous tuer aussi» (Autrement dit, on est venu en France pour vous tuer parce que vous êtes une sale race. Est ce l'idéologie des zones de non droit de France, zones dont on sait que certaines regorgent d'armes lourdes ?)

Au passage des CRS, une femme âgée : «Rentrez chez vous !» (chez vous la cité est devenue territoire autonome palestinien ?)

«Les flics, quand on en a besoin, ils sont jamais là, zéro. Et quand on en a pas besoin, ils viennent". (deux malfrats viennent de faire un casse avec des armes de guerre, et elle n’a pas besoin de la police ? Que se passe t-il donc, le reste de la semaine, à la Villeneuve ?! Que faut il pour qu’elle ait besoin de la police, un Vietnam ?)

«C’est à cause d’eux tout ça», accuse une jeune femme en djellaba bleue, peut on encore lire (remarquez la djellaba bleue, la presse régionale s'autorise des commentaires que la capitale n’aurait jamais laisser passer)

«Toutes les mamans, elles sont venues et elles ont vu le corps par terre. (toutes le mamans auraient bien fait de donner une éducation solide à leurs enfants, pour leur éviter de se retrouver pas terre) Qu’est-ce que ça veut dire tout ça. Les enfants sont choqués. (Choqués de voir la police faire son travail ? Choqués de voir un malfrat se faire tuer ? Ou choqués que le modèle avec lequel ils grandissent, le porteur de leurs valeurs, soit sur le carreau ?)

"Les flics sont des chiens" (oui, et les français sont des sous-chiens, les juifs sont des singes et des porcs et tous les non musulmans sont une sous race). ajoute une femme de la trentenaire portant le voile intégral (encore un détail inhabituel). Un groupe de sexagénaires se lamente : «les jeunes déconnent. Ils n’ont plus rien dans la tête. Il ne faut pas qu’il y ait un autre mort, ça sert à rien tout ça», lance l’un d’entre eux. (de toute évidence, ils en savent des choses, les sexagénaires, sur ce qui se passe à la Villeneuve en banlieue de Grenoble)

«Le quartier a très mal vécu la mort du jeune. Ils l’ont laissé crever par terre, ils ont laissé son corps sur le bitume au lieu de le transporter» affirme un habitant (les quartiers de non droit de la France sont donc aussi des quartiers de non valeurs. De la mort d’un malfrat armé qui vient de commettre un cambriolage et vient de blesser un policier, c’est sa mort qui est mal vécue. Et je n’ose imaginer que le corps d’un musulman sur le bitume soit en soi une scène insupportable pour les musulmans. Le musulman en question, dans leurs pays d’origine, n’aurait pas eu un sort différent, et tous les habitants de la cité le savent fort bien. Donc là n’est pas le problème. Il aurait, en revanche, été abattu par un policier musulman. Est-ce cela qui pose problème, qu’il ait été abattu par un policier français non musulman ?)

«Le sang venait de la tête. Il avait pas de cagoule. C’est sûrement les flics qui l’ont enlevée» (la Burqa, c'est pour les femmes non ?)


Nicolas Comte, secrétaire général du syndicat Unité SGP-Police indique qu’une vingtaine d’homicides ont été commis ces dernières années dans des affrontements entre bandes rivales grenobloises et les attaques à main armée se sont multipliées dans la région. Nicolas Comte demande «expressément des renforts de policiers nationaux» dans la circonscription de Grenoble (il n’y a probablement pas de dépositaire Karcher à Grenoble) !

Merci à Jean-Patrick Grumberg

Trois policiers menacés d'un pistolet
par un jeune arabe :
" cassez vous !
"

par Jean-Patrick Grumberg

Samedi 24 juillet 2010



Vendredi 25 juin, quartier sensible (étanche aux lois de la République) de la Villeneuve à Grenoble, trois semaines avant la petite "guerre civile" ou des dizaines de voitures ont brûlé, et ou des policiers se sont fait tirer dessus.

Trois Policiers Municipaux marchent vers un groupe d' " individus " d'une trentaine d'années, place des Géants à la Villeneuve, dans le cadre de leur mission de " proximité ".


L'un des policiers explique : " On se trouvait à proximité d'un escalier et tout se passait bien quand j'ai entendu une voix dire "cassez-vous". Un individu portant une casquette et une capuche est alors arrivé en tenant un pistolet automatique. "

Selon le blog du Syndicat National des Policiers Municipaux1, " l'individu aurait menacé de mort un ou plusieurs des fonctionnaires présents, non armés ni même munis de gilets pare-balles, avec un pistolet automatique. L'homme, qui serait selon les témoins âgé de 16 à 18 ans, a ensuite pris la fuite dans la cité. "

Selon le même blog, " la hiérarchie de la police municipale a brillé par son absence de réaction. ". Autrement dit, au cas ou vous vous demanderiez ce qui se passe dans les
751 zones de non droits de la France, sachez que dans celle de la Villeneuve, à Grenoble, un mineur maghrébin armé d'un pistolet explique depuis le vendredi 25 juin dernier à tous ceux de la cité qui en doutaient encore, qu'il n'y a à craindre aucune réaction de la part de la France, quand on sort son arme et qu'on menace trois policiers, en pleine journée, dans la rue.

Ces mêmes Policiers Municipaux qui sont passés, vendredi 25 juin dernier, à deux doigts du drame,
continuent, comme le reste de la profession, de se voir obstinément refuser le droit de porter une arme et un gilet pare-balles.

Le 5 juillet 2010, le comité Guillaume Tell2 qui participe à la mise en place d'une nouvelle règlementation sur les armes à feu, et qui regroupe les principales associations d'utilisateurs et d'amateurs d'armes en France (dont la Fédération Française de Tir) a claqué la porte du Ministère de l'intérieur. Motif : " les dernières propositions sont les pires mesures liberticides imaginées ces quinze dernières années ". " Au lieu de privilégier la lutte contre la délinquance armée et les trafics d'armes, l'Administration a fait le choix de s'acharner avec virulence contre les deux millions d'utilisateurs légaux d'armes à feu. "

Pourtant le Ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a déclaré à Bobigny le 24 juin 2010 que " la législation sur les armes est inefficace, car trop tatillonne pour les honnêtes gens, et impuissante face aux trafiquants " (à en croire le Monde.fr3 du 19 décembre 2009, Brice Hortefeux aurait déjà servi ce discours le 13 décembre 2009 suite à une fusillade dans un quartier de Lyon)

Selon un article paru dans le journal l'alsace.fr4, avec un prix plancher de 130 euros pour une
Kalachnikov, il y avait en France, en 2002, entre 12 et 20 millions d'armes achetées au marché noir, en provenance entre autres des stocks de guerres dans les Balkans, ce qui, extrapolé pour 2010, pourrait donner un chiffre de 18 et 29 millions d'armes illégales détenues par on ne sait qui pour on ne sait quoi. Ce chiffre serait " d'au moins " 20 millions d'armes illégales selon l'observatoire des transferts d'armements5.

Mai rassurons nous, s'insurgent en chœur trois chercheurs du CNRS et l'Observatoire National de la Délinquance : " La violence avec armes à feu est une question statistiquement mineure ", car les vols avec armes ne représentent que 6.3% de l'ensemble des vols commis avec violence. Ah nous voilà rassurés. Il est bon, en effet, d'apprendre que les millions d'armes illégales présentes sur le sol français ne sont pas destinées aux cambriolages. Mais alors… à quoi sont elles destinées ?

Le Point.fr6 du 20 juillet rapporte dans un article ou " la sécurité est au cœur des débats " qu'à la Villeneuve, suite aux dernières émeutes, " deux jeunes frères ont été interpellés dans le cadre de l'enquête sur des tirs visant des policiers. Lors de la perquisition chez eux, les policiers ont retrouvé plus d'un kilo de résine de cannabis et une arme de poing ".

Suite aux violences, une réunion sur la sécurité est prévue à la préfecture de l'Isère pour parler de " la lutte contre les différentes formes de délinquance et l'efficacité des réponses apportées, la lutte contre l'économie souterraine ". Soyons certains que personne, lors de cette réunion, n'osera proposer que le quartier de la Villeneuve ou au moins un jeune arabe armé se promène librement, ne soit bouclé, un petit matin du mois d'août, et passé au peigne fin. Ce serait bien trop incivique.

Ou islamophobe ?


Merci à Jean-Patrick Grumberg


ET SI L’ETAT NIQUAIT LA POLICE ?


Après les émeutes, ou devrions nous dire, la guerre civile, qui a enflammé Grenoble mi juillet, et à la
quelle, nous apprenons que les effectifs de la Brigade anti criminalité (BAC) de Grenoble, ont été mis en repos forcé par le Préfet de l'Isère...

Ils ont reçu l'ordre de quitter d'urgence la région, avec femmes et enfants.

Rappelons que ce sont les hommes de la BAC qui, après une course poursuite de deux heures durant laquelle les malfrats ont ouvert le feu, blessant un des policiers, ont réussi à éliminer le braqueur du Casino d'Uriage-les-bains, le 16 juillet dernier.
Et rappelons que ce qui n'aurait dû être qu'un fait divers à la page quatre des journaux locaux est devenu, du fait que le malfrat était un arabe, l'occasion d'un Vietnam à la Villeneuve.
Les arabes et noirs du quartier où s'était réfugié le voyou ayant mal digéré que celui ci se retrouve cloué sur le carreau par des blancs, ont déclenché une
"guerre civile" qui a duré plusieurs jours. Calmés, ils n'en sont pas restés là pour autant.
Ils ont maintenant juré de venger la mort de leur "frère" dans le sang
. Un homme de la BAC, pris au hasard, a été condamné à mort par les bandes de la Villeneuve. Il devra payer de sa vie pour la mort de leur ami, "si besoin au lance roquette". L'information a été vérifiée par des sources locales & policières.

Jean-Patrick Grumberg (source : drzz.info)

 
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
Retour haut de page

Retourner au contenu | Retourner au menu