Agression francophobe de Myriam et sa famille - SOS FRANCOPHOBIE

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Agression francophobe de Myriam et sa famille

Actualités > Francophobie exemple !

Agression francophobe de Myriam, son époux
et son bébé
!

Interview de Myriam Picard (Perpignan) : « Un jour nos compatriotes finiront par se faire justice »


Une fois de plus, comme tant d’autres malheureusement, Myriam, son mari et son bébé auront été insultés, menacés, agressés, brisés, au doux son de cette complainte francophobe de "on va vous niquer, on vat te baiser etc – etc…". Effectivement, force est de constater que côté intégration, c’est le top, l’intégration ! Ce mot magique ! Cette ritournelle subliminale d’une xénophobie et d’un racisme francophobe que nul ne peut nier, tant il est évident… Mais bon, il est préférable à la façon des trois petits singes, de ne rien voir, ne rien entendre et ne rien dire. En fait, faire l'autruche serait plus approprié...La tête en bas et le fondemmet relevé !
Aujourd’hui, il ne fait pas bon avoir l’allure d’un blanc – français de surcroit, sinon gare, la racaille est là afin de remédier à ce malentendu. D’ailleurs, ne serait-ce pas du délit de faciès, argument préféré de tous les collabos et autres associations dites antiracistes, cette fois-ci la vapeur est inversée.

Que cette racaille puante n’oublie jamais une chose, des Français seront toujours présent afin de sauvegarder leurs valeurs et protéger leur nation.
Mais n’oublions pas qu’en France, dès lors ou tu aimes ton pays, ou tu es par voie de conséquence nationaliste, alors tu mets en marche la machine infernale de tas d’agitateurs professionnels francophobe, à la botte d’un islam de la haine et du terrorisme, ces suppôts d’une religion assassine et terroristes, ne sachant que donner dans du "morts aux mécréants et aux impies, morts aux juifs et vive cette Palestine, que nous soutenons ardemment, vive Ouassama, etc."

vendredi 30 avril 2010

Riposte Laïque

Bonjour, Myriam. Que s’est-il passé ce samedi 17 avril 2010 à Perpignan pour votre bébé, votre époux et vous-même ?

Myriam Picard :

Dans la nuit du 17 au 18 avril, nous étions assis dans le salon, mon mari et moi, et regardions une émission de télévision. Notre fille de huit mois dormait. Vers 23h30, débuta un premier de ces nombreux rodéos à scooter qu’affectionnent les "jeunes" qui envahissent régulièrement les rues du centre-ville de Perpignan. Mon mari passa donc la tête par la fenêtre, et leur demanda poliment, malgré l’exaspération qui commençait, de faire moins de bruit, tout en attirant leur attention sur le fait que c’est une rue piétonne.
Ils l’insultèrent copieusement, et nous promirent à tous les deux de nous "baiser" et de nous "enculer". (décidemment...)

Lassés, nous fermons les fenêtres et prévenons – sans trop y croire – la police. Vingt minutes plus tard, le vacarme de leur course reprend, encore plus assourdissant. A bout de nerfs – car il faut bien comprendre que ce genre de situation est quotidien à Perpignan – mon mari saisit une carafe, et leur jette le contenu de l’équivalent d’un verre d’eau qui y restait.
Immédiatement, des hurlements fusent, des insultent partent. En l’espace de deux, trois minutes à peine, par téléphone, par cris,
ils se rassemblent et se retrouvent à quinze, environ, sous nos fenêtres. Une dizaine d’entre eux se saisissent de morceaux de carrelage cassés qui traînaient dans un seau, et commencent à les jeter sur nos vitres - ouvertes, à cause de la chaleur nous nous précipitons dessus pour les fermer, et nous appelons la police. Alors même que j’ai la police au bout du fil, nous entendons des bruits violents provenant de la porte de notre appartement... [suite]

Source : Riposte Laïque

 
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
Retour haut de page

Retourner au contenu | Retourner au menu