Gérard Lanvin : "J'ai honte de notre pays... - SOS FRANCOPHOBIE

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Gérard Lanvin : "J'ai honte de notre pays...

La Parole est à Vous > Vos coups de Gueules


Gérard Lanvin : "J'ai honte de notre pays. Je conseille à mes enfants de partir."


Mercredi 18 septembre 2013

Une nouvelle voix s'est élevée dans le débat qui touche actuellement le cinéma français et l'exil fiscal de Gérard Depardieu. Gérard Lanvin a en effet donné son avis au journal La Provence. Et comme souvent, il ne mâche pas ses mots.

Décidément, le départ de Gérard Depardieu en Belgique et en Russie n'en finit plus de provoquer des remous. Pas vraiment connu pour pratiquer la langue de bois, Gérard Lanvin a donné son avis sur toute la polémique qui accompagne ce départ, dans des propos recueillis par La Provence.


Ainsi, celui qui sera prochainement à l'affiche du film, Amitiés sincères de Stephan Archinard et François Prévôt-Leygonie, a tenu à défendre Gérard Depardieu ("Gérard, je l'aime il fait ce qu'il veut dans un pays démocratique. S'il veut être Russe et se cailler les couilles, il y va, il a le droit. C'est ridicule !" ) tout en critiquant vivement Philippe Torreton qui avait signé une tribune assassine il y a quelques semaines envers l'interprète d'Obélix, lui reprochant son exil fiscal (C'est un "délateur. Monsieur Depardieu est 1 000 fois plus brillant que lui.")

Visiblement en forme, Gérard Lanvin s'en est également pris à François Hollande ("Au lieu de faire les 75%, qu'il s'occupe des appartements vides, des gosses qui couchent dehors") et à la cérémonie des César ("Je ne vais pas les chercher; dans ce métier, il n'y a pas de meilleur, on donne des émotions ensemble.").

Enfin, Gérard Lanvin s'est exprimé sur la polémique sur le salaire des acteurs français, jugé trop important, par certaines personnes. "Les impôts, je suis d'accord pour les payer mais pas pour qu'on me prenne pour une p**e ! (...)
J'ai honte de notre pays, je conseille à mes enfants de partir. (...)
Moi, même à 75% je ne risque rien. J'ai une maison comme tout le monde "mais c'est tout,"
confesse-t-il.
Mais il avoue aussi qu'il pourrait se sentir obligé de refuser un film, "si on (lui) en propose deux" afin d'y échapper. "Et là, ça mettra 90 ou 100 personnes (les équipes nécessaires en moyenne pour la réalisation d'un long-métrage, ndlr) dans l'embarras."

Merci à programme tv.net

 
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
Retour haut de page

Retourner au contenu | Retourner au menu