Il viole 15 jeunes femmes blanches... - SOS FRANCOPHOBIE

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Il viole 15 jeunes femmes blanches...

Actualités > Francophobie exemple !


Il viole 15 jeunes femmes blanches, mais simplement par vengeance !


Où le racisme anti-blanc bat son plein ! Et que l'on n'aille pas me dire que ça n'existe pas ! En revanche, selon la présidente du tribunal qui a été chargée du jugement, violer des "blanches", ce n'est pas du racisme... (Sic)
Cette vidéo insoutenable
[télécharger la vidéo ici], postée est tirée du documentaire "Jugé coupable, reconnues victimes", présenté à l'émission Envoyé Spécial de France 2 le 27 mai 2010. La scène a été tournée dans une salle du palais de justice de Paris où un violeur en série - il a admis avoir violé 15 Blanches - se trouve des excuses dans le discours victimaire de l'industrie de l'antiracisme.
La présidente du tribunal
n'a jamais évoqué le racisme comme motivation des crimes, bien que le prévenu ait clairement dit, qu'il voulait "humilier les Blancs"

Ce "vengeur-violeur", violente et agresse sexuellement 15 jeunes femmes, sous le seul prétexte qu'il veut se venger des blancs et redorer le blason du "Pov'noir" qui a vu tant d'atrocités en Afrique…Sa défense, une espèce de vengeance nauséabonde aux relents de psychopathie : en effet, ce triste sire se justifie en "accusant" de façon certaine l'ONU et les casques bleus, qui auraient fut un temps - autres lieux, autres circonstances - violés dans son pays des mômes noirs…Quand bien même cela serait avéré, car pour l'heure ce ne sont les propos que d'un idiot congénital, "justicier violeur", qui a frappé 15 fois sur de pauvres jeune filles qui n'avaient jamais rien demandé et qui n'étaient sans doute peut être même jamais allées sur le continent de J.Foccard.

Mais ce n'est pas tout ! Sa maman arrivée en France sans papier, pleurera-t-il, en situation irrégulière donc, se mariera avec un salaud de blanc qui la violera, la pauvrette, et ce, devant notre "vengeur violeur", alors âgé de 6 ans et encore en état de choc. Ce sera pour lui un élément de plus à son argutie de pôv'black choqué et traumatisé par les vilains blancs...

Faut pas pousser mémé dans les orties ! Le type tente d'essayer de faire croire à un tribunal qu'en fait, s'il à violé quinze jeunes femmes, ce n'est parce qu'il est comment dire, heu……Un peut dérangé, mais tout simplement par esprit de vengeance, et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il vomira des insanités à l'une des jeunes femmes que l'on voit témoigner au tribunal, au cours du procès…
Mais la question est, le procès de qui ? Est-t-il de jugé une espèce de décérébré du bulbe, violeur de son état, un complexé qui ne peut avoir de femmes que par la force tant il est minable et dont personne ne veux ! Ou bien fait t'on le procès de 15 innocentes victimes de ces viols, qui en fait ne sont que de sales "putes" blanche, "bab'tou" ou autres "from'ton", qui on certainement du chercher cet ostrogoth, ayant vu dans les yeux de celui-ci l'extrême souffrance, d'un pôv'noir qui n'a eu en tout et pour tout dans sa vie, que le regard du viols d'enfants par des putains de blancos ou de sa pôv'mam par son mari…
Non mais ! De qui se fout-on ?

Oui, oui ! Car sa maman est mariée, mais ne veux pas assouvir les pulsions de son "bab'tou" de mari, qui alors la violera…Tout simple comme raisonnement, ne trouvez vous pas ?

Nous pensons toutefois qu'à ce stade là, il faut arrêter et que le tribunal double la peine de cette pourriture, violeurs en série et francophobe -
Mais non, la présidente ne retiendra pas le racisme...

Justice à deux vitesses, certainement, mais nous
"SOS FRANCOPHOBIE", ne pouvons donner du crédit à une telle justice, c'est tout simplement honteux et scandaleux !


Viol: de la haine des blancs comme circonstance "atténuante"...


Nous vivons aujourd'hui une véritable inversion des valeurs, un retournement de situation : alors que nous avions tous et toutes espéré déconstruire les idées et préjugés racistes et discriminatoires et éliminer au maximum les comportements correspondant, nous voyons aujourd'hui se reconstruire ces idées et se développer ces actes criminels, mais cette fois envers les blancs et les non musulmans et avec comme justification … une version dévoyée de l'antiracisme !

Ce qui a été écrit sur l'intériorisation de la vision dévalorisée et culpabilisée, par les dominé(e)s, les victimes de violences sexistes et de racisme, est bien toujours valable, mais aujourd'hui … cela s'applique aux européens blancs.

Ce sont des européens et européennes blanches qui estiment aujourd'hui que les violences qu'ils et elles subissent, seraient la conséquence des misères subies ( ?) par leurs agresseurs, de siècles d'exploitation et de violences par les blancs : autrement dit, ces violences seraient un retour des choses explicable, mérités, une sorte de juste punition, autrement dut, leur peu de valeur fait qu'ils ne devraient pas prétendre échapper à ces mauvais traitements .... Un tel raisonnement est tout bonnement l'intériorisation d'un discours des dominants d'aujourd'hui, ceux qui tiennent aujourd'hui la rue et contre qui l'Etat ose à peine intervenir, et qui estiment que ceux à qui ils infligent ces violences n'ont pas de valeur et n'ont que ce qu'ils ou elles méritent.

Un cas de violeur en série, au sujet duquel France 2 a fait un reportage, illustre ce renversement de sens et de jugement.
Un violeur noir, auteur de quinze viols et tentatives, uniquement sur des blanches, explique au tribunal qu'il a violé parce que " J'étais en colère contre les blancs. " , " C'était une vengeance, je voulais humilier les blancs. ", " J'avais besoin d'humilier.

"Manifestement, si cet homme d'une trentaine d'année énonce ces propos au tribunal devant son avocat, et à plusieurs reprises, c'est parce que pour lui, il ne s'agit pas de propos honteux qui pourraient susciter l'indignation, mais parce qu'au contraire, il y voit et pense que l'on y verra, une explication et une circonstance atténuante.

Et de fait, le procureur ne mentionne pas ces explications comme devant être retenues pour montrer la culpabilité caractérisée, la volonté même de commettre un acte violent par pure haine.

Il faut expliquer ici, qu'aussi étonnant que cela paraisse, alors que le motif raciste est une circonstance aggravante pour les violences non sexuelles, il ne l'est pas pour le viol.

En 2004, alors que la loi avait donné au motif homophobe un caractère aggravant en cas de violences non sexuelles, caractère aggravant qui existait déjà pour le motif raciste, elle avait omis d'aggraver les peines lorsque ces actes sont commis en raison du sexe de la victime, pour ces mêmes motifs, en cas de violence sexuelle…

Les féministes avaient dénoncé ce peu de considération pour des violences qui touchent principalement les femmes : le viol et autres agressions sexuelles … Voir dossier sur cette loi ici sur le site du
C.E.R.F.

Voilà donc pourquoi l'avocate de cet homme pouvait tranquillement le laisser tenir ses propos scandaleux en même temps qu'il expliquait son enfance malheureuse et les viols d'enfants africains, comme si sa volonté haineuse envers les blancs et blanches, devait être assimilée à ses traumatismes passés personnels : il ne risquait aucunement de voir sa déclaration tranquille d'intention raciste, être retenue pour aggraver sa peine.

En tant que féministe, je ferais remarquer qu'ici encore, on voit que le sexisme aboutit à renforcer l'aveuglement devant toutes les violences, l'impuissance à les combattre … Tout comme au moment des débats sur le voile, nous avions souligné que l'obstination à en faire une question de laïcité, et le refus d'y voir un acte sexiste, un acte de mépris envers les femmes voilées et non voilées, une négation de l'égalité hommes-femmes, empêchait de voir dans le port du voile, l'attaque fondamentale qu'il représentait, contre tous les principes égalitaires de notre pays, et de l'Europe.
Le viol, les violences sexuelles sur la " femme de l'ennemi ", ont toujours été un des aspects des guerres et des guerres civiles. Ce sont les femmes qui sont les premières victimes de ces actes de haine à raison de la race ou de l'ethnie que sont les guerres … C'est une des premières attaques contre un peuple, dès qu'une agression, une guerre commence. Le fait de ne pas retenir le racisme comme circonstance aggravante du viol, rend invisible le racisme actuel, ces actes de guerre larvée, " inter-ethnique " plus que " civile ", qu'il constitue aujourd'hui. Ce fait divers le montre bien. " Les " hommes européens ont largement refusé de s'indigner que des musulmans traitent plus ou moins explicitement les femmes européennes de putes, en montrant les femmes musulmanes voilées. Voilà qu'aujourd'hui les européens refusent de voir que " leurs " femmes sont violées (reconnaissons que " les " femmes européennes, dont la majorité des féministes, les rejoignent dans cet aveuglement …).

Alors que des musulmans multiplient les condamnations des occidentales pour impudeur parce qu'elles ne se voilent pas, allant jusqu'à justifier le viol par cet étalage de " viande " (1), alors que les textes islamiques autorisent le viol des esclaves prises de guerre ( coran 4/24 : " Il vous est aussi interdit d'épouser des femmes déjà mariées, à moins qu'elles ne soient vos captives de guerre. ", ce dont nombre d'algériennes ont fait la terrible expérience dans les années 1990 face aux islamistes qui les traitaient comme des apostates), il n'y a presque pas de statistiques ethnico-religieuses sur les crimes de viols (2), et encore moins de mentions dans la presse de ces statistiques.

Quand des intellectuels autorisés parlent de violences sexuelles commises contre des femmes européennes, c'est pour … expliquer les agressions par le comportement des européennes elles mêmes et leur enjoindre de jeter aux orties des siècles de culture européenne et de lutte féministe, et de se soumettre au diktat des cultures mysogines importées en Europe (3) !

Autrement dit il s'agit là encore d'intérioriser le fait que la loi qui mérite d'être obéie est désormais celle des nouveaux arrivés, et que celles qui osent défier cette loi, mériteraient le viol, qui serait leur juste punition. Penser qu'il faut se soumettre à la loi des nouveaux arrivés, que l'on mérite la punition la plus barbare si on ne le fait pas : voilà bien la mentalité du " colonisé ", telle que l'a analysée Memmi et d'autres analyses de situations de domination.
Voilà des siècles qu'en Europe, Aliénor d'Aquitaine a fait aimer des seigneurs de guerre de son temps l'amour courtois, que Christine de Pizan a entrepris la construction d'une " cité des dames ", démoli les discours misogynes qui déprimaient les femmes, que les féministes luttent pour que " la nuit [ soit ] à nous ", tout cela pour que nos clercs d'aujourd'hui nous expliquent qu'il faudrait adopter les mœurs arriérées et barbares et supporter comme une punition du fait d'être née blanche et non voilée, la torture du viol ....


Les féministes et les laïcs, doivent dénoncer ces discours de lâches.

 
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
Retour haut de page

Retourner au contenu | Retourner au menu