Le policier agressé témoigne... - SOS FRANCOPHOBIE

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Le policier agressé témoigne...

Actualités > Hommages à nos forces de l'ordre...


Cagnac-les-Mines. Il frappe un policier et menace
les gendarmes !


Un homme de 39 ans, surexcité et alcoolisé,
a agressé plusieurs personnes mardi soir sur le parking d'un supermarché. Il était toujours en garde à vue hier soir à Albi.

Quelle mouche a donc pu le piquer ? Un homme a carrément pété les plombs mardi soir, à Cagnac-les-Mines
en agressant trois personnes, dont un policier qui tentait de s'interposer, puis 40 en menaçant de mort les gendarmes venus l'interpeller.

L'affaire débute peu avant 19 heures sur le parking du magasin Intermarché, ouvert depuis une dizaine de jours à peine. Une dispute éclate entre deux hommes. Bientôt des coups pleuvent et un des protagonistes, âgé de 39 ans et de forte corpulence, prend le dessus sur l'autre. Personne ne connaît le motif du différend qui les oppose mais les choses prennent une tournure suffisamment inquiétante pour que les responsables de l'enseigne interviennent, ainsi que des passants. Parmi ces citoyens courageux qui tentent d'éviter le pire, un fonctionnaire de police en poste à la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) à Albi, Philippe Séveré. Domicilié à Cagnac, ce policier bien connu et apprécié dans l'Albigeois, s'interpose en faisant état de sa fonction. Du reste, il porte un survêtement siglé de la police nationale. Mais l'homme qui a déclenché la bagarre est véritablement surexcité. Il assène un violent coup au policier albigeois, touché au sternum. Il blessera aussi un autre homme qui s'était interposé.

Alertés par les responsables d'Intermarché, les gendarmes de la communauté de brigades de Cagnac interviennent très vite. «Ils ont dû maîtriser un homme très violent, très énervé et qui se trouvait sous l'emprise de l'alcool», indique le capitaine Thierry Damerval, commandant la compagnie d'Albi, qui s'est rendu sur les lieux mardi soir. Sur le chemin qui le conduit à la brigade, l'homme outragera les militaires en les menaçant de mort. Dans son état, il était impossible aux gendarmes de l'entendre sur les faits du parking de l'Intermarché. Sur instruction du parquet d'Albi, l'intéressé a été hospitalisé d'office dans un établissement psychiatrique.

Hier, à sa sortie du Bon-Sauveur, il a été interpellé par les gendarmes et aussitôt placé en garde à vue dans les locaux de la brigade de recherches d'Albi.

Les gendarmes ont hâte de l'auditionner pour tenter de comprendre les raisons d'un tel déchaînement de violence. L'homme, maintenu en garde à vue la nuit dernière, est sous le coup de plusieurs procédures : violences sur personne dépositaire de l'autorité publique (le policier est en arrêt de travail), outrages à personnes dépositaires de l'autorité publique et violences « simples » s'agissant des deux autres hommes qui ont eu le malheur d'être sur la trajectoire de ses coups, mardi soir.
 


Cagnac-les-Mines. Le policier agressé témoigne...


Sa garde à vue a été prolongée hier soir, à la gendarmerie d'Albi.
L'homme de 39 ans qui a agressé plusieurs personnes, dont un fonctionnaire de police, mardi soir sur le parking d'un supermarché de Cagnac-les-Mines, devrait être déféré aujourd'hui au parquet et jugé dans l'après-midi en comparution immédiate.
Cet habitant de Blaye, qui aurait un lourd passé judiciaire, a eu une sérieuse altercation avec un autre homme, mardi vers 19 h 30, devant l'Intermarché de Cagnac. Le directeur du magasin est intervenu : il a reçu un coup de poing. Comme nous le relations hier, un policier albigeois qui passait par là s'est interposé. Le brigadier Philippe Séveré témoigne : " Je me rendais au plan d'eau lorsque j'ai été témoin de cette rixe. J'ai d'abord essayé de faire une médiation. J'ai 27 ans de police et j'ai toujours agi de la sorte. J'ai parlementé 5 ou 10 minutes avec cet homme mais je n'ai pas réussi à le calmer. C'est alors qu'il m'a porté plusieurs coups de poing dont l'un m'a atteint au sternum. J'ai quand même réussi à le maîtriser mais j'étais content quand les collègues de la gendarmerie sont arrivés. "

Le verdict médical est tombé hier pour Philippe Séveré : il souffre d'une fracture du sternum. "J'ai aussi l'épaule en l'air", indique le policier, en arrêt de travail pour plusieurs jours. Formateur anti-drogue à la direction départementale de la sécurité publique, Philippe Séveré a reçu le soutien de sa hiérarchie et de ses collègues. "Une fois de plus, un fonctionnaire dans l'exercice de son métier et qui intervenait pour porter assistance à des personnes en difficulté s'est retrouvé violemment frappé", regrettait hier soir le DDSP Paul Agostini. (source La dépêche.fr)

Nous
"SOS FRANCOPHOBIE", nous posons la question suivante, comment sera punie cette petite frappe, auteur d'agression multiple, dont celle d’un policier, sans compter les outrages à agents ?!
Nos forces de l'ordre doivent retrouver le respect qui leur ai due ! Nos forces de l'ordre doivent de nouveau faire renaître "la peur du gendarme" ! Mais non ! Au lieu de ça, on les insulte, on les frappe, on leur tire dessus à l'arme de guerre, on leur jette des pierres, on leur tend des pièges, afin de tuer, afin de meurtre, afin de haine... Mais quand la loi reprendra ces droits?! Quand enfin des magistrats feront honorablement leurs travails, en leurs âmes et consciences et non par rapport à leur idéologie ?!

Voila nos flics qui traquent des racailles aussi dangereuses, que "peureuses", ces salopards prêts à tout, afin ne pas assumer – oui, elle n’existe plus depuis longtemps l’époque des véritables gangsters, ceux qui avaient un code d'honneur, et une paire de c…..s entre les jambes, ce temps-là ne reste plus qu'un vague souvenir.
Aujourd’hui de véritables fumiers agressent, frappent, torturent et tuent nos ancêtres ! Face à ces pourritures-là, nos forces de l'ordre risquent à chaque instant de se faire tuer afin de les stopper et
il y aura toujours un "bon magistrat", afin de les remettre dehors, quelle honte !
Nous nous joignons à la colère et aux dégouts de nos "flicards" – laissez-les faire leurs véritables travails, laissez-les se défendre ! A vous Messieurs les supérieurs, et toute la classe des magistrats ! S’il vous plait, donnez-leur cette chance de vivre lorsqu’ils prennent leurs services, afin de nous défendre et nous porter secours !!!

Bon courage à vous amis des forces de l'odre et représentant de la loi ! Nous pensons également à vos familles.

Bien sincèrement.

La rédaction de
"SOS FRANCOPHOBIE" !

 
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
Retour haut de page

Retourner au contenu | Retourner au menu