Malek Boutih, l'anti Debbouze ! - SOS FRANCOPHOBIE

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Malek Boutih, l'anti Debbouze !


Malek Boutih, l'anti Debbouze !!!


Le 17 octobre 2011

Invité de RTL ce mardi 28 septembre au moment où démarre à l'Assemblée le cinquième projet de loi du gouvernement sur l'immigration, Malek Boutih a déclaré que ce n'était pas par la violence mais par son engagement qu'on conteste l'injustice d'une société. En somme le contraire de la dernière sortie de Djamel Debbouze.



Alors que les députés s'apprêtent à examiner aujourd'hui le projet de loi régulant l'entrée et le séjour des étrangers sur le territoire français, deuxième dossier chaud de la rentrée après la réforme des retraites, Malek Boutih, ancien président de SOS Racisme, était invité à réagir sur ce sujet au micro de Jean-Michel Apathie.

Dans un premier temps, le membre du bureau national du PS a fustigé la gestion catastrophique par l'Etat du dossier de l'immigration. Premières victimes selon lui de "l'échec" du gouvernement : les habitants des banlieues et des "ghettos", expression que semble affectionner Malek Boutih. "La perdurance de centaines de milliers de sans-papiers, les tensions raciales qui se multiplient, l'ambiance malsaine qui touche particulièrement les classes populaires" sont autant de preuves du fiasco gouvernemental en matière d'immigration. S'il refuse l'idée selon laquelle les jeunes de parents immigrés se sentent "moins Français que leurs grands parents", il défend en revanche un sentiment collectif d'étouffement. "On est devenu un peu à l'étroit dans ce pays."

Evoquant ensuite l'inégalité inhérente à la réussite sociale, Malek Boutih a pointé du doigt "le choc des générations qui ont faim de réussite sociale et la réalité d'un pays où tout est bloqué". Un discours qui tranche avec celui porté au nu par d'autres personnalités peu politiques mais pourtant très soucieuses de prendre position sur tous les sujets. Ainsi, Jamel Debbouze, acteur du dernier film polémique de Rachid Bouchareb, Hors la loi, n'a pas hésité à déclarer sur Europe 1 que "la délinquance est un signe de bonne santé de notre société".
Une vision qui semble radicalement opposée à celle de l'ex-président de SOS Racisme.

Si ce dernier rappelle à de nombreuses reprises la "misère" dans laquelle sont maintenues les immigrés, il évite malgré tout de tomber dans les ornières d'un angélisme souvent présent à gauche. En dénonçant "le discours permissif" que "la gauche a laissé s'installer", Boutih rompt ainsi une fois de plus avec les discours convenus. Il accuse la gauche d'avoir "oublié sa responsabilité politique d'éduquer, de montrer des limites, de dire que ce n'est pas par la violence qu'on conteste l'injustice d'une société mais par son engagement". On est bien loin de Jamel Debbouze.

Piégé par Jean-Michel Aphatie, Boutih a réservé sa dernière salve à la première secrétaire du Parti. "Aubry a un problème avec la vérité politique, elle slalome avec le dossier des retraites, il y a un décalage entre ce qu'on dit et ce qu'elle fera demain", a affirmé le dissident. Boutih, lui, n'a pas ce problème : il dit la vérité. Reste à savoir si certaines vérités ne sont pas susceptibles de pourrir l'ambiance du bureau national de mardi soir...

Lu sur Marianne


Pour mémoire Malek Boutih est l'initiateur du "Testing" ! Ce que nous Sos Francophobie approuvons...


Le petit mot de
Sos Francophobie...


Le 17 octobre 2011

Même si cet article du mardi 28 septembre 2010, lut dans Marianne à un an, il nous semblait important de mettre en avant ce personnage exceptionnel qu'est Mr Malek Boutih, ancien président de SOS Racisme…
Pourquoi ? Tout simplement, car ce monsieur est attachant, il semble sortir du "dogme de  la grande secte gauche" agressive et collabos ! Bien évidemment socialiste, Malek Boutih lui  croit en ses idées, il est un homme vrai et entier, attaché de façon saine à son idéologie et qui se moque du quand dira t'on ! Il est une figure de la véritable pensée de gauche,  aux antipodes de ces personnages scolastiques, tels les, Aubry, Delanoë, Besancenot, et j'en passe, ou bien encore de son "très non honorable" prédécesseur Harlem désir, arriviste roi du nombrilisme, comme tant de se ses ami(e)s politique, bref !
Ces gens qui endoctrinés, ou endoctrineurs le sont à un tel point, qu'ils ne croient même pas en leurs idéologies, la tronque, ne faisant présence que pour "se goinfrer" de pouvoir et nous faire du grand n'importe quoi de façon dangereuse et collaboratrice.
Offrant de par leurs attitudes irresponsables, inconscientes et totalement irréfléchies, notre pays en pâture à cette espèce de terrorisme latent ; dormant, tendant à se réveiller de plus en plus ; qui attend bien patiemment l'heure "H" dans les startings blocks de la haine et de ce néo-colonialisme religieux détestable, le moment dicté par cet opportunisme nauséabond de nos dhimmis lâche, courant après tout ce qui peut voter…

Malek Boutih est en marge de ce "négationnisme, cet obscurantisme" qui colle si bien à tous nos dhimmis, non politiques, comme politiques, et ce, de quels côtés qu'ils se trouvent, gauche - droite - centre ! Cet homme respecte nos valeurs républicaines de façon patriotique et respectueuse… Peu importe, sans oublier également et surtout tous ces terroristes prosélytes, tous ces francophobes et christianophobes dont notre état autorise la violation de nos principes républicains fondamentaux, notre laïcité ! Tous ces "criminels" qui s'autorisent à jouer avec notre justice… et que nos magistrats soutiennent avec un crétinisme hors-norme !
Mais le danger est alors multiple, "grâce" au comportement collaborationniste de tous nos dirigeants et leurs "serfs", dont la niaiserie se joue bien des idées politiques, mais s'amuse avec la bêtise à son paroxysme de tous nos idiots de services !
Eux, sont le "cheval de Troie, les ennemis de notre Nation ", car à un moment donné, il faut bien appeler un chat un chat. Hé oui ! Se faire collaborateur (trice) d'un islamisme radical, accepter l'inacceptable au sein même de notre pays, de notre communauté laïque, est irresponsablement "meurtrier " et c'est alors offrir notre nation comme une vulgaire catin, aux ennemis du monde et à leurs diktats !

J'insiste sur le fait que la nous parlons non pas d'islam et de nos ami(e)s musulmans modéré, mais bien d'un islam radical, assassin, salafiste et tout ce que cette "religion " peut renfermer de plus mauvais, dès lors ou elle est mal interprété par  ces espèces de fou furieux, d'une loi qui n'est que celle de leur prophète, se jouant de tout autres lois, dont celle des pays dans lesquels ils vivent…

Petite piqure de rappel :

Voir la loi du 9 décembre 1905, qui sépare la religion de la politique très succinctement !


Pour mémoire ;

"  Article 1"
La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public.

[Télécharger le PDF Ici...]


 
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
Retour haut de page

Retourner au contenu | Retourner au menu