Mouloud Aounit la rigolade ! - SOS FRANCOPHOBIE

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Mouloud Aounit la rigolade !

La Parole est à Vous > Vos coups de Gueules


MOULOUD AOUNIT


Mouloud Aounit était alors présient du MRAP à l'époque de cette interview.


L'humanité
:


Mouloud Aounit ": La France ne s'est toujours pas libérée du racisme "!

Il a été promu chevalier de l'ordre national du Mérite en 2000 puis chevalier de la Légion d'honneur en 2003" ! Car il en a fait la demande bien évidemment ! - chacun jugeras, mais il faut le savoir...

Mouloud Aounit président du Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples qui fêtait ses soixante ans d'existence, en 2009. En pleine campagne gouvernementale sur l'identité nationale, le Mrap a fêté, samedi, ses soixante ans. Cette actualité ne pouvait être absente des réflexions de son président alors, Mouloud Aounit.


L'humanité :

L'existence du Mrap est-elle d'une nécessaire actualité, soixante ans après sa création ?

Mouloud Aounit.

Malgré ses discours universalistes sur les droits de l'homme, malgré les mobilisations, la France ne s'est absolument pas libérée du crime de l'homme contre l'homme qu'est le racisme. Notre pays n'est pas capable de mettre en œuvre le principe fondamental de l'égalité de traitement de ses populations, est incapable de regarder son passé colonial en face. Des engagements ont été pris, qui devaient décrisper le pays pour que l'immigré soit non objet de rejet, mais sujet de droit. Ils sont restés lettre morte. Ainsi, le droit de vote et d'éligibilité des étrangers non communautaires et les revendications portées par la Marche de l'égalité ne sont toujours pas d'actualité. Plus de vingt-cinq ans après, on ne reconnaît toujours pas les enfants d'immigrés comme Français et les discriminations sont prégnantes. Il faut constater aussi que la France s'est enfoncée dans l'instrumentalisation politique de l'immigration, qu'elle a criminalisée. Donc, le Mrap, s'il a un mot à porter, c'est " résister ". Il est né de la Résistance et, comme la France est toujours gangrenée par ces tumeurs, résister demeure un combat inachevé.

L'humanité :

Que pensez-vous du débat sur l'identité nationale et l'immigration initié par le gouvernement ?

Mouloud Aounit.


Les forces de gauche, associatives, politiques, morales, intellectuelles, ont commis une faute immense: nous n'aurions jamais dû laisser passer un ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale. Quand on met ensemble immigration et identité nationale, il y a inexorablement l'idée du danger que peut représenter, pour l'identité nationale, l'immigration. Et cela est porteur de racisme. Mais ce débat est aussi révélateur d'une crise de l'identité d'une partie de la société française vis-à-vis de ses propres fondamentaux et valeurs. Elle est en échec devant son modèle intégrationniste parce qu'elle n'a rien fait pour le réussir. Et devant l'émergence des problématiques religieuses, ses fondamentaux identitaires comme la nation, les droits de l'homme, et tout ce qui a fondé l'identité nationale, sont remis en cause. Le gouvernement en profite pour monter en exergue cet échec. Ce débat sur l'identité est une entreprise raciste et xénophobe. Elle structure les logiques d'enfermement, le rejet de l'autre et des pluralismes.

L'humanité :

Ce rapprochement entre immigration et identité nationale vous inquiète-t-il ?


Mouloud Aounit.

Nous sommes devant un racisme d'État qui s'appuie sur des politiques publiques. Un des moteurs de la crispation vient de ce qu'on a toujours dissocié l'immigration de la question sociale, pour se retrouver avec un traitement ethnique et des logiques communautaires où l'identité nationale c'est être Blanc et de culture judéo-chrétienne. Ce débat est porteur de xénophobie, de racisme, de logique de peur et de haine, et, le pire, c'est qu'il valide les théories du choc des civilisations, au lieu d'appréhender le véritable enjeu, celui de la construction du vivre ensemble dans les sociétés multiculturelles en y liant les questions sociales. Nous avons le devoir d'éclairer, de résister, pour éviter que la dignité humaine, que l'égalité de traitement ne soit de vains mots. Nous ne sommes pas à l'abri d'une forme nouvelle de fascisme, puisque nous sommes sur la même logique du rejet de l'autre.

Émilie Rive


LA RIGOLADE...
      CE QUE NOUS EN PENSONS A SOS FRANCOPHOBIE !


Pour nous
"SOS FRANCOPHOBIE", Aounit promu chevalier de l'ordre national du Mérite en 2000, puis chevalier de la Légion d'honneur en 2003 !!! C'est tout simplement scandaleux, c'est se foutre des gens qui eux méritent véritablement ces distinctions honorifiques…
Mais que doivent penser nos anciens ? Que doivent penser tous nos héros et tous ceux qui eux véritablement méritent ces distinctions dut par leurs courages et leurs honneurs le plus noble ?

Ah oui ! Certes, notre Président "offre" à titre posthume la Légion d'honneur à tous nos gars morts en Afghanistan, cela me fait penser à une chose, qui sont les véritables héros ? Mr Aounit et ses tribus, ou nos soldats qui se battent pour tenter d'amener leur pierre à l'édifice de la paix, au sein d'un pays où règnent les plus sadiques, les plus pourris des êtres humains, si tant est que l'on puisse nommer ces cinglés d'un autre temps comme cela, des terroristes, de véritables tyrans, les plus grands au monde ? Eux les factieux qui tuent tous ce qui leurs tombent sous la main, dès lors ou leurs victimes veulent ramener une paix bien précaire et bien fragile, dès lors ou leurs autres victimes n'ont pas la même conception du coran, de la religion qu'eux, conception tout à fait personnelle de tous ces misérables abrutis qui peuples notre terre, afin de faire valoir une religion dite de paix, mais qui est en fait vu et revu, par tant des "gagas de la cafetière". Pourquoi tout cela ? Afin que de tranquilles Afghans, qui ne demandent que bonheur et rêve de paix puissent vivre sereinement, doux rêves utopiques ! Mais, que tous ces "tarés congénitaux" de talibans et tous leurs mercenaires (dont des Français parmi eux), cessent de faire chier le monde et d'imposer une charia qui ne sort que de leur esprit malade, de décérébrés, afin que le droit des femmes également soit enfin respecté, que stoppe les lapidations, les immolations, les défigurations à grand renfort de haine confessionnelle et d'un diktat imposé par des gens qui n'on même rien à faire sur notre terre et qui plus est n'ont rien pigés au coran !

Cette distribution de distinctions à " n'importe qui ", et à grands tours de bras, commença sa " carrière " sous Mitterrand. (Cela n'étonnera personne et est un fait notoire)…  
C'est tout simplement du grand n'importe quoi, à grand renfort de démagogie et de bien-pensance ! Le grand homme Hum ! Hum ! Hum ! Se mit alors à distribuer ces décorations au grès du vent (politique bien entendu et à ses potes, chanteurs, journaleux, sportifs et qui sais-je encore ?) Ce que l'on peut retirer de ce genre de grand n'importe quoi ? La honte ! L'injustice ! Le copinage " politico – merdico - médiatique " ! Le sentiment, que dis-je, le fait avéré qu'aujourd'hui le moindre "guignol" peut se prévaloir d'acquérir ces honorables distinctions… sur sa propre demande !
Honte à nos dirigeants, mais honte également à ceux qui osent " réclamer " ces décorations honorifiques et significative d'actes héroïque, de conduites d'intérêts véritables pour notre pays !

Pardon si  certains sont heurtés par nos propos en rien "islamophobe", si tel est le cas, alors qu'ils lisent et relisent ces quelques lignes, afin de véritablement comprendre et peut être admettre que c'est la terreur, le terrorisme, la haine guerrière et meurtière de "quelques fous" que nous mettons en cause et non pas une religion que beaucoup interprète pourtant si mal et, à leur avantage !

Jonathan

L’ordre et les dieux meurent dès qu’un seul homme a poussé son accomplissement jusqu’au terme de la liberté. Blanchot (Maurice)

Lorsqu’un imbécile fait quelque chose dont il a honte, il déclare toujours que c’est son devoir.
Shaw. (George Bernard)

Que m’importe que Dieu n’existe pas. Dieu donne à l’homme de la divinité.
(Antoine de Saint-Exupéry)

On tue un homme, on est un assassin. On tue des millions d’hommes, on est un conquérant. On les tue tous, on est un dieu. Rostand (Jean)

On est bien forcé de croire au doigt de Dieu, quand on voit comme il se l’est mis dans l’œil.
Nouveau (Germain)

La plus sublime révélation, c’est que Dieu est en chaque homme.
Emerson. (Ralph Waldo)

[...] Avec Dieu, ce qu’il y a de terrible, c’est qu’on ne sait jamais si ce n’est pas un coup du diable… Anouilh (Jean)


 
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
Retour haut de page

Retourner au contenu | Retourner au menu