Systématisation des violences contrent les forces de l'ordre ! - SOS FRANCOPHOBIE

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Systématisation des violences contrent les forces de l'ordre !

Actualités > Hommages à nos forces de l'ordre...


Systématisation des violences contrent les forces de l'ordre !


A Drancy, un énième affrontement entre jeunes et policiers a fini par un tir contre les forces de l'ordre, sans faire de victimes. Récit.

Samedi 8 mai, il est plus de minuit à Drancy (Seine-Saint-Denis). Une vingtaine de personnes se battent sur les trottoirs de l'avenue Marceau. Certains ont des bâtons, d'autres des barres de fer. Une équipe de la Brigade anti-criminalité (Bac) intervient.

D'abord trois policiers, ils sont rapidement soutenus par des renforts. Caillassés, les policiers répliquent par un tir de flashball avant de parvenir à une première interpellation.

C'est là qu'un jeune homme s'avance et pointe un 357 magnum sur eux. Les policiers lui demandent de reculer. Lui tire. Il ne fait aucun blessé. C'est un "adulte", issu de la cité, dont le frère a été incarcéré au mois de novembre pour des histoires de drogues. Les policiers le connaissent. Finalement maîtrisé, il est arrêté. Au total, les policiers interpellent sept personnes.

Systématisation des violences contrent les forces de l'ordre.


Incident exceptionnel ou routine policière "il ne devait pas y avoir beaucoup d'actualité ce week-end pour que ça intéresse autant les médias", réplique un policier.
Plutôt courant, confirme Mohamed Douhane, commandant de police et membre du bureau du syndicat
Synergie.
"jets de projectiles, ça n'a rien d'exceptionnel, c'est quotidien dans les cités. Quant aux tirs, ça arrive de façon régulière. La cité du Nord à Drancy est très connue pour ses affrontements entre bandes. Globalement, on a affaire à deux types de bandes.
Les bandes de quartier qui se réunissent en bas des immeubles. Elles s'approprient le territoire -la cité. Elles ne sont pas forcément délinquantes. Après, il y a des bandes plus organisées, structurées autour du trafic de drogue.
A la cité du Nord, on est dans de la bande traditionnelle. Elles se battent pour protéger leur trafic de stupéfiants."

L'événement n'est toutefois pas anodin. Les violences "classiques" contre la police surviennent généralement en réaction au lendemain de la mort de jeunes du quartier, d'une bavure ou d'une grosse intervention dans la cité. Or, les attaques contre les forces de l'ordre ont plutôt tendance à se systématiser dans les quartiers, selon Mohamed Douhane...


"ils identifient la police comme une bande rivale. On ne veut pas des policiers sur le territoire". Les forces de l'ordre, c'est l'autorité publique, autant dire ce qu'ils détestent le plus puisqu'eux ont affirmé leur autorité sur ce territoire justement. La police, c'est ce qui empêche de poursuivre un trafic...


 
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
Retour haut de page

Retourner au contenu | Retourner au menu