Une suite bidonnée par l'un de nos agresseurs ! Menteurs dites-vous, l'adjectif est faible… - SOS FRANCOPHOBIE

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Une suite bidonnée par l'un de nos agresseurs ! Menteurs dites-vous, l'adjectif est faible…

Actualités > Francophobie exemple ! > En cours et Finis


Une suite bidonnée par l'un de nos agresseurs !
Menteurs dites-vous, l'adjectif est faible…

Le 02 décembre 2011

Effectivement, en cette fin de matinée du 29 novembre 2011 ça y est, c'est enfin à nous et nous y croyons fermement, même si seulement l'un de nos assaillants ne pouvant s'enfuir, se fera faire aux pattes par la police. Les autres se feront la belle devant les agents de police municipaux, dont un me dira, je cite; "mais on pensait que ce n'était qu'une rixe entre automobilistes" ! Non, non ! Vous ne rêvez pas, une des voitures de nos agresseurs a réussi le tour de force de s'échapper au nez de la police municipale… sans compter qu'aucun contrôle d'identité ne sera effectué sur les lieux; un grand bravo aux intervenants de la police municipale pour son incompétence !


Le seul que la police attrapera, sera celui qui ne put fuir, se retrouvant ainsi coincé par le véhicule de la police municipale et ce n'est pas faute d'avoir tenté le coup… Mais, c'est quand même celui qui fut le plus virulent autant dans tous ces propos francophobes, que dans sa violence physique inouïe, son épouse "bonne mère de famille et gentille commerçante", était de la fête tant verbalement que physiquement !

Nous appellerons donc ce seul et unique agresseur attrapé par la police et pour cause, "ouaich-ouaich"

Notre 1er réflexe au moment de déposer plainte, fut de demander à visionner la vidéo, sachant que dans ce coin il y a en a d'installées… Mais un policier nous répondra que l'action s'étant déroulée trop loin, cette dernière n'était pas exploitable – et vlan prend ça en pleine figure, des preuves factuelles qui s'envolent !

Loin pour nous d'incriminer la police, bien que de très grosses erreurs de jugement furent commises, notamment en laissant partir beaucoup de nos agresseurs ! Mais la faute est humaine et comme au sein de toute corporation, il y a des bons et des moins bons, des courageux et d'autres qui le sont moins ! AH ! Nos amis policiers sont arrivés à coups de deux tons, permettant aux "agresseurs" de se faire la tangente…

Nous voilà donc en ce jour de procès, à la merci du doute, ce doute colossal qui pèse sur nos épaules et nous assaille, car, lors des confrontations avec "ouaich-ouaich" et ensuite sa "paisible épouse, gentille et si innocente mère de 4 enfants", lorsque j'ai entendu les mensonges éhontés de notre gentil couple, qui d'ailleurs se contredira de façon récurrente, je me suis dit aï, aï, aï ! Mais comment peut-on mentir avec autant de toupet et d'aplomb !?

Notre conseil, que nous remercions pour son excellente prestation, sa qualité de justice et son assurance autant dans sa plaidoirie que lors de ses questions posées à notre gentil et unique agresseur attrapé, "ouaich-ouaich" fut remarquable. Mais "ouaich-ouaich" se mit à perdre pied, s'énerver, s'emmêlant dans ces propos, instant de panique évident pour lui, prétextant qu'il ne se souvenait plus, car 2 ans et demi s'étaient écoulés, à un point tel, que son conseil le priera fermement de se calmer ! Notre principal assaillant "ouaich-ouaich", qui eu essayé de s'enfuir ce jour-là, mais ne le put du fait que la police s'était arrêtée devant son véhicule, se retrouvera coincé dans la nasse,
sans quoi en face de nous, il n'y aurait eu - personne… Eh oui !

Finalement, voici 29 ans que ma magnifique épouse dont le sang algérien coule en ses veines, et moi-même attendions ce moment, cet instant magique, ça y est, nous allions nous unir de façon officielle, enfin en ce jour de liesse notre amour sera scellé par un élu de la république…
Issue d'une famille de militaires, j'avais demandé à mon fils ainé sous officier de notre marine nationale de vêtir sa tenue d'apparat, ce bel ensemble d'un blanc immaculé et casquette. Mon autre fils, caporal alors au sein d'une unité de chasseurs alpins, n'avait pu pour des raisons techniques revêtir la sienne. Restait mon neveu, également marin d'état avec le grade lui aussi de sous officier, qui venant de très loin, n'avait pas prévu sa tenue blanche. Mon second souhait était de mettre en avant nos couleurs, qui sont notre fierté, au travers de deux drapeaux, un tenu par un mât en plastique et un autre à la main, un petit drapeau !
(revoir l'histoire ici…)

Lors de l'audience, le juge commence par une espèce de questionnaire normal et utile à mon sens, permettant de cerner la personnalité de chacun des protagonistes, victimes comme agresseurs, il sera fait état des condamnations ou d'absence de celles-ci, pour chacun d'entre nous tous. Il nous sera également demandé nos revenus respectifs, et là déjà un élément étrange apparait…bizarrement "ouaich-ouaich" artisan façadier, roulant en Mercedes coupé noir dernier cri, se retrouve à ce jour à débuter un commerce de fruits et légumes et sera alors dans l'incapacité totale d'annoncer à la cour ses revenus, puisque justement il débute cette toute nouvelle activité, alors il "jettera" à la cour que ces revenus serons d'environ 900 € par mois – mais il nous prend pour des jambons lui !? Alors qu'il était artisan façadier avec des revenus de 4000 € par mois, sans compter ses 2 magasins !
Ce que je puis vous dire, c'est qu'a ce jour "ouaich-ouaich" à une magnifique auto neuve, ou tout comme, une bien jolie "newbeatle", mais bon, allez ne soyons pas mauvaise langue, peut être qu'un ami le lui à prêtée ???

Son avocat, "le Brochen du coin, M.G", que l'on voit parfois à la télévision (eh oui, les relations d'amitié qu'il entretient avec Mr JL Delarue, en font une petite vedette ponctuelle), tournera de façon subtile le fait que ce soit nous qui avons agressé ce p'ov couple de commerçants le jour de notre mariage ! Insistant sur le fait de leurs mensonges récurrent qu'ils n'étaient que tous les deux, oui sauf que nous en avons vu 4 dans sa Mercédès, dont cette espèce de géant, qui de type maghrébin, passera à celui d'Européen ! Allez, je vous mets dans la confidence, tous ceux qui on défendu "ouaich-ouaich" et son épouse n'était que des Européens, ce sont les mots actés sur sa déposition… Pas français, mais bel et bien européens – et ma main dans sa bouche il la veut lui !?
En fait, en ce jour si merveilleux, nous nous ennuyons tellement, qu'alors, nous avons demandé à ce couple modèle d'intégration au sein de notre société française (lui n'est pas Français, il n'a qu'une carte de séjour depuis plusieurs années) de faire demi-tour, de bloquer la route, afin que nous puissions les "cogner" comme les sales racistes que nous sommes. Vous le savez tous, en France le raciste n'a qu'une couleur et le racisme ne fonctionne qu'à sens unique – tout cela est bien beau, mais "ouaich-ouaich" essaie de faire croire à la cour que nous l'avons tous tapé, le pauvre… roué de coups au sol, inversement de situation évidente et insultante…

Toutefois et curieusement, il n'a même pas de certificat de sa pseudo visite à l'hôpital, car dira t'il je cite;  "ben ouais, j'ai perdu le certificat médical et l'hôpital de Montélimar aussi", ben crotte, zut, boum, en voila un coup de malchance, c'est véritablement ballot, quelle malchance. Et sa si tendre épouse, que les forces de l'ordre mettront 1 mois à localiser, allant de fausses adresses en fausses adresses… Son téléphone comme le pointera du doigt notre conseil, et bien en fait l'innocente victime l'a perdu lorsqu'elle participa physiquement à notre agression, je vous épargnerai ses doux mots d'amour de notre pays et de nos personnes également…. Bizarre, vous avez dit bizarre ! La pauvrette me désigne comme lui ayant mis un coup de poing sur la joue, en fait je m'explique et cela vaut son pesant d'or.
Un témoin complètement neutre, qui plus est maghrébin, confirmera à la police sur sa déposition, qu'un homme de type européen et chauve, votre serviteur en l'occurrence, était en train de se faire tabasser par 4 individus sur son véhicule ! J'ai donc demandé un "break à mes 4 cogneurs", ce que ceux-ci accepteront de façon très chevaleresque, afin que je puisse traverser la route, et aller mettre gratuitement un coup de poing à cette "p'ov dame", innocemment installé sur le trottoir d'en face, sagement planté. À ces allégations (je vous avoue que nous n'avons pas tout compris), ensuite je suis revenu prendre ma position initiale, la tête bien sur le capot de la voiture… Quant à notre gentil "ouaich-ouaich" lui, nous l'avons tous frappé au sol, il est étonnant de voir comme en si peu de temps les rôles peuvent s'inverser ! Il n'empêche que les blessés furent bien nous 4, ainsi que ma sœur (48 ans à l'époque des faits) qui prit une rafale de coup notamment par "ouaich-ouaich". Effectivement, celle-ci voyant son fils submergé par "5 à 6 gentils de ces individus", son cœur de mère lui fit allez tenter de l'extirper de là ignorant le danger, mais bien mal lui en à pris, coups de poing, lunette cassée, œil amoché, et pied bleu sous les coups de talons de ces guignols et de notre "ouaich-ouaich" ! Nos conseils en ont évidemment fourni les différentes preuves, notamment au travers de diverses photographies…

J'ouvre une petite parenthèse égoïstement. Je vais vous mettre dans le secret d'un évènement sympa, nous avions parmi le cortège, un "multi champion de France de multi boxe", mais il s'est multi caché, je le pensais mon ami, mais en fait, cet ostrogoth n'est bon qu'à frappé femmes et personnes âgées !!! Je ferme la parenthèse.

Quoi qu'il en soit, madame la procureure de la République, n'avait pas la tâche facile, car comme elle le dira à très juste titre, ces comportements enfantins, et ce racisme est toujours une plaie, pardonnez moi, si ce ne sont pas ses mots exacts. Comme elle le soulignera de façon subtile, en face de nous il n'y a qu'un agresseur qui s'est fait attraper.
Toutefois, cette dernière demandera une peine de sursis pour tous les protagonistes, sauf moi pour qui elle requerra une amende ! Je ne critiquerai pas ce procureur de justice, pour qui je pense le réquisitoire parfois cinglant, dû ne pas être facile.
Je m'abstiendrai de commenter ce que nous pensons du président en titre, qui bouscula notre conseil en ces mots, je cite; "maitre ça fait 20 minutes que vous plaidez donc il faut conclure"… OK soit ! Mais nous n'avons pas tout compris, le président demandera à notre conseil de conclure sa plaidoirie ! Mais notre avocat n'a-t-il pas le droit de prendre le temps qu'il lui est nécessaire à notre défense ??? Quoi qu'il en soit, ce bien charmant président se désintéressait totalement de notre défenseur et de son plaidoyer,  bâillant à qui mieux mieux ! Bref ! Nous ne sommes pas sortis de la menthe il semblera !


Donc délibéré rendu le 31 janvier 2012, nous vous tiendrons informé bien évidemment de la suite donnée en conclusion à cette agression, dont nous sommes 5 victimes véritables et non pas comme "ouaich-ouaich" et sa super épouse, véritables mythomanes, menteurs professionnels jusqu'au bout des ongles, prétendent l'inverse….
Je mettrai l'accent encore sur le courage de nos assaillants, qui ne sont fort qu'en nombre sur une personne,
je réitère, maintien, affirme sur mon honneur, sur l'honneur de toute ma famille et nos valeurs, que nous nous sommes retrouvés à 4 contre un turnover d'une bonne trentaine de Maghrébins, qui ne connaissaient certainement pas nos agresseurs initiaux certes, mais sortirent de partout tels des zombis, nous avions sur le dos chacun entre 4 à 6 Maghrébins, emplis d'une haine farouche, et innommable,  ils se sont offert leur "blanchonnade", ces consanguins à la culotte vide de tout attribut et dénués de la moindre once de courage, cela est détestable que de ne pas assumer, ce comportement lâche est la "marque de naissance" de certaines de ces crapules, ces espèces de racailles innommables, mais cela est de notoriété !

Pour nous tous, une chose est manifeste et certaine, nous refusons la moindre condamnation, il en est hors de question, nous sommes victimes d'une véritable embuscade à caractère racial francophobe, n'en déplaise à madame la procureure, nous sommes les véritables proies qui n'ont eu d'autres choix que de se défendre face à ces dégénérés francophobes aversifs ! Si la justice est égale, impartiale et authentique, si la balance est bien réglée et ne penche pas comme de coutume du côté gauche,
alors, lors de leurs délibérés, les magistrats ne pourront que reconnaitre notre réel statut de victimes, afin de nous relaxer et condamner comme il se doit "ouaich-ouaich" !


la légitime défense...


Qu'est-ce que la légitime défense?

Mis à jour le 27.03.2009 par Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)
La légitime défense permet à une personne de se défendre en usant de la force, sans que la justice puisse le lui reprocher. Pour qu'elle soit qualifiée de légitime défense, la violence doit :

être nécessaire : il ne doit pas y
      avoir d'alternative,
être proportionnée à l'attaque,
correspondre à une nécessité
    impérieuse, que la victime n'ait pas
    le temps de recourir à la police, par
    exemple.


Attention : La violence doit être utilisée pour se défendre immédiatement. Il n'y a pas de légitime défense lorsque la riposte a lieu alors que l'agresseur part, ou que la violence vise à prévenir une agression future et incertaine.

En Clair !

Une personne agressée est parfois obligée, pour se défendre, de commettre un acte interdit, en temps normal, par la loi.

Mr Bonvivant a donné un coup sur la tête et assommé Mr Fourbe quand ce dernier pénétrait chez lui pour lui voler sa montre.

Ce mode de défense est légitime, c'est-à-dire qu’il est justifié par les circonstances (l’agression). C’est pourquoi la loi accepte qu’une personne puisse expliquer son geste par la nécessité de se défendre. C’est ce qu’on appelle : la légitime défense (article 122-5 du code pénal).

Mais attention, la légitime défense n’est reconnue que si certaines conditions sont respectées :

L’attaque portée doit être injustifiée.

Pour cela, l’agresseur doit commettre une infraction : un crime, un délit, une contravention.

Par exemple : une personne qui est frappée ou qui est en train de se faire voler son sac peut répliquer pour se défendre.

Attention ! Si l’agresseur s’attaque à un bien (sac, voiture, scooter…), l’agression doit au moins constituer un délit pour que la victime, en répliquant, soit protégée par la légitime défense.

Par exemple : une personne qui raye avec une clé un scooter commet une contravention (les dégradations légères sont des contraventions). Si le propriétaire du scooter la frappe, il ne sera pas protégé par la légitime défense et sera condamné pour violences physiques.

Par exemple : une personne tente de voler le scooter (le vol est un délit). Pour protéger son bien, le propriétaire du scooter le fait tomber et le frappe pour l’immobiliser. La légitime défense pourra le protéger.

La défense doit être nécessaire.


La défense est nécessaire à partir du moment où il est impossible de recourir à une aide extérieure pour faire cesser l’agression.

Par exemple : si, dans une bagarre, il est possible de s’enfuir, on ne peut pas frapper l’agresseur.

La défense doit avoir lieu en même temps que l’attaque.


La loi ne nous permet pas de nous venger. La justice peut seulement être rendue par les tribunaux. La légitime défense protège uniquement la victime qui se protège, pas celle qui agresse en retour.

Par exemple : les tribunaux condamneront une personne qui rattrape et frappe son agresseur alors qu’il est en fuite.

Le fait de poursuivre l’agresseur ne consiste plus dans un mode de défense : il s’agit d’une agression.

La défense doit être proportionnée à l’attaque.


La légitime défense n’est admise que lorsque le mode de défense permet d’arrêter l’agression.

Par exemple : la victime menace le voleur avec un fusil pour le faire fuir.

Lorsque la réplique de la victime est bien plus dangereuse que l’agression, on dit que la défense est disproportionnée. La victime devient l’agresseur. Les tribunaux ne retiendront pas le concept de légitime défense pour excuser son geste.

Par exemple : une personne tue le voleur qui s’était introduit dans sa maison en pleine nuit. Elle sera jugée pour meurtre sans que la légitime défense la protège.

La légitime défense.

Article 122-5

N'est pas pénalement responsable la personne qui devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte.

N'est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l'exécution d'un crime ou d'un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu'un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l'infraction.




Ci-dessous la tenue d'apparat de mon fils sous-officier de notre marine nationale, après l'agression ! Sans autres commentaires...











 
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
Retour haut de page

Retourner au contenu | Retourner au menu