Voici la lettre posthume de Reynald jeune français de 31 ans ... - SOS FRANCOPHOBIE

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Voici la lettre posthume de Reynald jeune français de 31 ans ...

Actualités > Hommages à nos forces de l'ordre...


Voici la lettre posthume
de Reynald jeune

français de 31 ans ...
Que fait-on pour ceux qui
veillent sur nous ?
Il était Policier !

Par Marcelle Lacassain, vendredi 17 février 2012.

Mardi 21 février 2012.

Un courrier qui prend aux tripes…


Chers collègues et amis.

J'avais trente et un ans, un père, une mère qui m'aimaient et que j'aimais, une petite amie que j'aimais, avec qui je fondais des projets de foyer, d'enfants... des coéquipiers qui m'appréciaient et que je j'appréciais, des amis avec qui je partageais plein de joies. J'étais policier ! Mon grade ? Gardien de la Paix... J'étais de la 11ème CI, en ULI. La Paix, je l'ai gardé sans jamais l'avoir trouvée. Pourtant je m'efforçais de la garder, de la maintenir... pour mes proches, mais aussi pour mes concitoyens.

Ces "citoyens" qui m'ont crachés dessus, qui m'ont insultés, parfois même violentés. Ce soir, vers 21h00, un d'entre eux, aidé par d'autres "citoyens", un "brave citoyen" comme disent certains donc, un de ceux que nos lois, nos magistrats, nos "citoyens", nos associations, nos bien-pensants et parfois même que certains des fonctionnaires de polices protègent; et par la force des choses que notre Etat protège...

Un d'entre eux, disais-je m'a lâchement assassiné.

Comment ??? Non, il n'était pas armé !

Non, il ne m'a pas foncé dessus avec un véhicule "emprunté illégalement"!

Il m'a simplement poussé sous le vérin d'un manège qui va me décapiter sous les yeux de mes collègues impuissants. Pourquoi ??? Comment vous dire... J'intervenais sur rixe entre "jeunes", qui, non contents de s’amuser gratuitement portaient des coups au forain propriétaire du manège et en présence de la foule nous prirent à parti mes collègues et moi.

Et moi j’ai eu moins de chance qu’eux voilà tout ! Le plus "curieux", c'est que ma mort ne fait l'objet que de quelques lignes dans les feuilles de choux qui se disent journaux d'informations.

Ah ! J’allais oublier, il s'agit bien évidemment d'un accident…

Que mes collègues sous l'effet de la peine, de la surprise, du choc, n'ont pas encore réagit !

Ils n'ont manifesté ni mécontentement, ni colère, ni ras-le-bol...

Pas même un "ça suffit"…!

Pas de marches silencieuses ou des manifestations...

Pas des interventions télévisées de nos gouvernants très émus...c'est étonnant, ça non ?

Surtout quand on sait que deux "jeunes désœuvrés" morts dans un transformateur en novembre 2005 avaient suffit à déclencher de longues nuits d'émeutes, de vandalismes et d'innombrables violences.

Je ne vous raconte pas tout ça pour vous faire pleurer sur mon sort ni vous inciter à la vengeance et encore moins à vous enjoindre à démissionner ! Non, collègue ! Je t'écris simplement pour te dire que si tu n'y prends pas garde, tu seras peut-être le prochain

Ce sont tes collègues qui pleureront de n'avoir rien pu faire, C'est chez toi que le téléphone sonnera pour annoncer à ta femme que tu es décédé dans l'exercice de tes fonctions.

C'est à ta famille que l'on remettra le drapeau, symbole de nos couleurs et des valeurs que tu as défendu au prix de ta vie.

C'est à tes parents que l'on donnera tes deux belles médailles "en chocolat" pour le titre de chevalier de la légion d'honneur et d'acte de courage et de dévouement, à titre posthume bien entendu. Avec un peu de chance tu passeras peut-être même brigadier ou officier (toujours à titre posthume) C'est pour ton fils, ta fille que les collègues verseront la cotisation à l'orphelinat de notre institution...

C'est à tes collègues que l'on dira d'éviter les contrôles dans le secteur ou tu seras MORT, ce dans le but bien évident de ne pas provoquer" ces pauvres petits, et par la même occasion empêcher qu'un autre collègue comme toi ou moi ne commette une "bavure"... Eh oui ! Mieux vaut que tu décèdes sous les coups, les balles ou les roues d'un véhicule...Cela suscitera toujours moins d'émotions que si un "citoyen" désœuvré trouve la mort après nous avoir tiré dessus ou bien après avoir essayé d'échapper à un contrôle de routine. Voilà, Collègue ! Je ne m'attends pas à ce que tu ailles manifester, à ce que tu deviennes plus professionnel lors de "l'exercice de tes fonctions", à ce que tu sois plus solidaire de nos collègues à ce que tu fasses ce qui est nécessaire pour que cela ne se reproduise plus jamais, ni même à essayer de réunir le maximum de collègues pour les en convaincre. Non, non. Loin de moi de croire que ma seule mort suffirait à changer tout ça. J'espère simplement que tu apprendras à en faire le moins possible, à ne plus t'exposer, à étouffer ta fierté et ton honneur dans le silence, la bêtise, la lâcheté, la collaboration, le suicide, voir même l'alcool ou la drogue pour les plus loques d'entre nous. Eh oui c'est aussi ça la "Grande Maison", une "famille", "saine" "unie" et "soudée" comme un seul homme. Il faudra aussi que tu apprennes à enduire ton anus (de vaseline liquide c'est plus efficace), à bien le dilater sinon c'est plus douloureux, et ce pour chacune de tes convocations à l'IGS ou au tribunal car pour nous autres, la présomption d'innocence n'existe pas ou alors il faudra que tu dénonces tes collègues. Je te rassure, il ne faut pas t'en faire pour moi. Là où je suis, j'ai enfin trouvé la paix...

Plus de risque de me faire insulter, violenter, dénoncer et accuser injustement... Ma fiancée va sûrement recevoir le chèque de soixante euros prévu pour les décès de collègues en service... Ma mère pourra essuyer ses larmes dans le drapeau qu'elle aura reçu... Mon père rangera mes deux médailles sur l'étagère du salon...

Mes collègues feront une quête pour une belle couronne...

Le préfet organisera sans doute une belle cérémonie... Seront présents beaucoup d'officiels, n'oublie pas que nous sommes en période d'élection ultime, ils seront légion ceux qui profiteront de mon oraison pour grappiller quelques secondes sur chaîne de télé ou quelques lignes dans les torchons... Les bien-pensants ou "citoyens" "sympathisants" diront il ne faisait que son travail c'est normal, ou alors c'est bien fait pour lui il n'avait qu'à pas martyriser ces pauvres jeunes qui venaient s'amuser...

Et puis pour une fois que c'est un flic qui se fait tuer, on ne va pas en faire un fromage. À ceux là je réponds : rassurez-vous personne n'en fera un fromage, pas même un petit crottin.... Ceux qui m'ont assassiné courent toujours ! Dans leur cité, ils doivent parader en criant on a fumé un keuf.

Et ils seront respectés par tous les petits autres jeunes "désœuvrés" qui les considéreront comme des héros...

Et pour les rares collègues qui n'auraient pas compris, qui les interpelleront, qui recevront des coups, des crachas, des insultes et qui utiliseront la force strictement proportionnelle et nécessaire; on dira: mais qu'avez vous fait ?

Vous allez provoquer une émeute, vous êtes fous ? En période d'élections en plus. J'en ai fini avec toi collègue, comme j'en ai fini avec ma vie !

Je te laisse donc retourner à tes occupations et je te dis.




Ma dernière volonté est que tu fasses passer ce message
au plus grand nombre de collègues possible.


C'est fait, mon ami... Espérant toucher le plus grand nombre de tes collègues et tous ceux pour qui tu honorais ta vocation !

Courage à ta famille, qu'ils soient tous fiers de toi comme tu le mérites.

Respect !

Jean-Michel pour
Sos Francophobie

   

 
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
Retour haut de page

Retourner au contenu | Retourner au menu